In varietate concordia

Image

Une chose remarquable de cet échange eut lieu très tôt, dès le premier jour. Certains ont pu assister à des cours magistraux, en tout cas, tous ont assisté à une présentation de la Freie Universität Berlin à la fin de laquelle les Allemands présents n’ont pas « applaudi », mais « frappé la table ». L’emploi de guillements s’avère nécessaire, car loin de « frapper du poing sur la table », le geste était beaucoup plus mesuré et élégant. Notons au passage qu’en France, « applaudir des deux mains » peut-être considéré comme un pléonasme.

Des recherches ultérieures m’ont appris que ce geste était spécifique à l’Allemagne et l’Autriche, et surtout d’usage dans le milieu académique, ou dans des contextes solennels. Pourquoi donc ce geste ? A-t-on une idée de son origine ?

Un Allemand parti faire son doctorat en Angleterre explique à ce sujet qu’il n’en croyait pas ses yeux de voir un conférencier applaudi à la fin de son discours, lors d’un séminaire :  applaudi, comme le public applaudirait un comédien après son spectacle (1) ! « Frapper la table » à l’allemande est donc un signe de respect, un geste de révérence même. Qu’en conclure à ce stade, sachant qu’en France, les professeurs universitaires ne sont pas toujours applaudis, et que lorsque cela a lieu, cela se fait des deux mains ?

Pour l’origine du geste, plusieurs hypothèses existent. Pour le Dr. Friedhelm Golücke, l‘ « akademisches Klopfen » a changé de signification avec le temps, et était à l ‚origine plus proche de « frapper du poing sur la table », en signe de désapprobation, ou bien pour demander à ce que l’on change de professeur… Le Pr. Notker Hammerstein a quant à lui une hypothèse plus pratique : l’emploi d’une plume et d’un encrier est un frein à l’applaudissement des deux mains (2) ! Là encore, qu’en conclure, nous concernant ? Les étudiants français ne prenaient donc pas de notes durant leurs cours ?

Au final, cette différence dans les us et coutumes universitaires, entre la France et l’Allemagne, m’a rappelé la devise de l’Union Européenne, que j’ai donc choisie comme titre pour mon article : In varietate concordia, « Unis dans la diversité », « In Vielfalt geeint » !

Pour approfondir le sujet :

(1) http://linguistlist.org/issues/7/7-1214.html

(2) http://www.dw.de/akademisches-klopfen/a-1190176

http://www.spektrum.de/alias/naklar/klopfende-studenten/589114

http://www.arte.tv/de/die-frage-tischklopfen/4215114,CmC=4215118.html

http://www.arte.tv/fr/la-question-taper-sur-la-table/4215114,CmC=4215118.html

Texte et illustration : cpv

Advertisements

7 Gedanken zu „In varietate concordia

  1. „applaudi, comme le public applaudirait un comédien“
    Ça ferait presque passer nos applaudissements pour un acte dégradant. ^^‘

    C’est vrai qu’en France, nous n’applaudissons pas à tous les cours. Tandis que les Allemands, d’après mon expérience personnelle et les échos que j’ai entendus, tapent sur la table à chaque fin de cours.
    C’est très intéressant comme sujet ! Peut-être que cela reflète nos différentes façons d’être et d’interagir. 🙂

      • En France, j’ai surtout des souvenirs d’applaudissements à la fin du cours lorsque… le professeur annonçait que „Finalement, je suis allé plus vite que je ne le pensais! On va s’arrêter là pour aujourd’hui!“… Ou alors lors du dernier cours du semestre, s’il a fait un petit discours de clôture.
        Sinon, il y a bien les applaudissements en plein milieu du cours, parfois teintés d’ironie: lorsqu’il arrive à résoudre un problème technique après plusieurs minutes (souvent lié à l’ordinateur + projecteur), lorsqu’il finit une manipulation sur sa paillasse…

        On est souvent loin d’un geste de révérence, et plus proche de l’ambiance d’un spectacle!
        En revanche, lorsqu’il y a des séances de présentations orales, les étudiants n’hésitent pas à s’applaudir après chacune des présentations, et j’ai souvent entendu des professeurs nous demander „C’est nouveau, cette tendance à applaudir après chaque powerpoint! C’est pour vous encourager entre vous?“!

        A voir si en plus d’avoir un nombre d’étudiants par disciplines plus réduits (et donc une meilleure connaissance des enseignants de leurs étudiants), le fait de montrer du respect contribue à rapprocher professeurs et étudiants!

      • Je plussoie.
        L’applaudissement en France tend plutôt à être une forme d’ironie, ou un signe ponctuel (!) des respect, histoire de faire plaisir à la personne concernée.

        On va nommer cpv l’expret de la Klopfette, que ce soit sur la table ou les épaules.

  2. Je confirme, le Klopfen (disons le comme ça) se fait aussi en TD, où le prof a le même âge que les étudiants, et même lorsque que quelqu’un passe au tableau !
    Lors de la réunion dans le Goldener Saal, nous avions klopfé en fin de réunion également !

Kommentar verfassen

Bitte logge dich mit einer dieser Methoden ein, um deinen Kommentar zu veröffentlichen:

WordPress.com-Logo

Du kommentierst mit Deinem WordPress.com-Konto. Abmelden / Ändern )

Twitter-Bild

Du kommentierst mit Deinem Twitter-Konto. Abmelden / Ändern )

Facebook-Foto

Du kommentierst mit Deinem Facebook-Konto. Abmelden / Ändern )

Google+ Foto

Du kommentierst mit Deinem Google+-Konto. Abmelden / Ändern )

Verbinde mit %s